Comment prévenir les troubles de la vision chez l’enfant

Comment prévenir les troubles de la vision chez l’enfant

La semaine dernière j’ai rencontré Mary – auteure du blog Mamanbougeotte – que je ne connaissais pas et que je vous invite à suivre – dans lequel elle partage son quotidien de maman et ses bons plans kidsfriendly!

Je suis allée lui parler parce que j’ai remarqué que sa plus jeune fille Tessa – 3 ans – portait un cache à l’oeil et des lunettes par-dessus. Or mon fils Milo (16 mois) porte également un cache à l’oeil. Naturellement je me suis sentie concernée et lui ai posée des questions par rapport à ça. Ses deux filles souffrent de problèmes de vue et elle a consacré un article très intéressant à ce sujet intitulé De l’importance de détecter au plus tôt les problèmes de vue de vos enfants

Ca m’a donné envie de partager ma propre expérience avec Milo bientôt 16 mois qui porte un cache oeil 2 heures par jour depuis ses 11 mois. Je vous explique pourquoi…

Jusqu’à ses 3-4 mois on dit qu’un bébé qui louche n’est pas inquiétant. Je ne me souviens pas que mon fils louchait plus que ça vers 3-4 mois. C’est après – vers 7-8 mois que son papa et moi avons remarqué qu’il avait un oeil qui « partait » sur le côté de temps en temps. Nous les mères avons tendance à voir un bébé parfait donc je n’avais pas tellement repéré le problème jusqu’à ce que papa le fasse remarquer… J’ai donc pris rdv avec un ophtalmo  mais elle n’a rien détecté (elle ne « voyait » pas le strabisme) je précise que pour « mieux » voir il est fortement conseillé de mettre des gouttes à l’enfant environ 5 jours matin et soir avant le rdv ainsi un appareil détecte d’éventuels problèmes, un strabisme par exemple. A ce premier rdv je n’avais pas administré les gouttes à Milo. Elle m’a donc proposé de se revoir après que je lui aurais mis des gouttes.

Mais en sortant j’étais étonnée qu’elle n’ait rien remarqué même sans les gouttes. Elle l’a évidemment examiné – elle lui a fait  suivre un objet du regard, lui a caché un oeil puis l’autre pour repérer s’il était gêné etc… et – je reviens à l’article de Mary qui l’explique très bien – lorsqu’on cache l’oeil qui voit bien à un enfant, il repousse fortement la main, montre/dit sa gêne, crie et/ou s’énerve rapidement. C’est un signe qui doit vous alerter. 

Finalement j’ai pris rdv chez un autre ophtalmo qui travaille conjointement avec des orthoptistes – spécialistes dans la rééducation des troubles de la vision- dans le même cabinet – ce qui est tellement pratique tout se fait au même endroit – J’avais mis les gouttes quelques jours avant. A peine le docteur eut examiné l’oeil de Milo – deux secondes après il mettait un nom sur ce que nous avions vu « strabisme divergent intermittent » pour reprendre les termes exacts. Ce que je veux dire c’est qu’en deux secondes et demi il a VU contrairement à l’autre ophtalmo le souci. Je ne veux pas accabler cette dernière ce n’est pas le but mais j’insiste sur l’importance de voir plusieurs spécialistes pour ne pas passer à côté de quelque chose. Le traitement est donc le suivant: porter un cache sur l’oeil qui voit bien 2 heures par jour pendant 1 an avec des visites de contrôle chez l’orthoptiste. Le cache masque l’oeil qui voit bien pour obliger celui qui voit moins bien à travailler plus (je vulgarise!) A priori dans le cas de mon fils tout devrait rentrer dans l’ordre et il récupérera/rattrapera la vision de son oeil plus faible si et seulement s’il porte régulièrement son cache et parce que le diagnostic a été posé assez tôt! J’insiste donc sur la nécessité de montrer les yeux de vos enfants le plus tôt possible – en cas de doute ou si vous avez repéré quelque chose d’anormal – à des ophtalmos pédiatriques de préférence!

De plus en plus de bébés sont – et c’est tant mieux – diagnostiqués à l’âge de Milo (10-11 mois) et même avant – donc pris en charge tôt ce qui augmente considérablement les chances d’améliorer leur vision.

Voici donc les trois enseignements que je tire 

1- Faites vous confiance – Nous – les parents – sommes les personnes qui passons le plus de temps avec nos enfants donc naturellement les plus à mêmes de détecter un souci, un comportement inhabituel etc…

2 – Deux avis valent mieux qu’un – En cas de doute, consultez deux spécialistes plutôt qu’un seul. Les médecins peuvent passer à côté de quelque chose.

3 – Méfiez-vous de la famille! – Cela peut paraître étrange et je dis ça avec le sourire mais très souvent notre propre famille a tendance à minimiser les maux quels qu’ils soient! Pour la petite anecdote j’ai appelé la secrétaire de mon oncle qui est ophtalmo pour prendre rdv avec lui – je lui ai expliqué que c’était pour mon fils etc… et elle ne m’a jamais rappelé! Si j’avais insisté peut-être auprès de lui j’aurais eu un rdv mais là… bah non;-)

 

Back to Top